20 août 2020 – Enquête de la Commissaire à la santé et au bien-être sur les soins et l’hébergement : Les aînés et les proches aidants doivent être consultés – AQDR Outaouais

20 août 2020 – Enquête de la Commissaire à la santé et au bien-être sur les soins et l’hébergement : Les aînés et les proches aidants doivent être consultés

19 août 2020 – L’AQDR en faveur du plan d’action de Québec pour contrer une seconde pandémie de la COVID-19
août 20, 2020
15 septembre 2020 – Assemblée générale annuelle 2020 de l’AQDR Outaouais
août 26, 2020

[COMMUNIQUÉ] Enquête de la Commissaire à la santé et au bien-être sur les soins et l’hébergement : Les aînés et les proches aidants doivent être consultés

Montréal, le jeudi 20 août 2020 – « Oui à une évaluation de la performance du réseau de la santé sous l’angle de la gestion des soins et de l’hébergement des aînés durant la COVID-19, mais cela ne suffit pas ! », soutient l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) à la suite de l’annonce gouvernementale d’hier. Elle appelle les autorités politiques à créer un vaste chantier de consultations et de réflexions sur la place des aînés dans notre société, eux qui ont été au cœur même de l’hécatombe qui a fait plus de 5000 morts en trois mois.

Des enquêtes, mais pas de consultations publiques

Pour l’AQDR, il ne fait pas de doute que le mandat confié hier à la Commissaire à la santé et au bien-être, Joanne Castonguay, pour évaluer la performance de la gestion des soins et de l’hébergement des aînés est un pas dans la bonne direction, tout comme la mise en place d’un plan d’action en prévision d’une 2e vague de la pandémie. Même chose en ce qui a trait à l’enquête de la Protectrice du citoyen sur l’hébergement des aînés ou encore celle menée par la Coroner en chef du Québec sur les milliers de décès en CHSLD ou en résidence pour aînés.

Mais, constate l’AQDR, dans tout ce flot d’annonces d’enquêtes de nature privée dont les conclusions arriveront sur le tard, vers l’automne 2021, rien n’a été prévu pour consulter et entendre publiquement les doléances des personnes aînées elles-mêmes, de leur famille, des proches aidants ainsi que des comités et des organismes qui les appuient quotidiennement ou les représentent.

Des États généraux

Comme beaucoup d’autres organisations, l’AQDR appelle les autorités à mettre en place des États généraux pour entreprendre un examen collectif rigoureux, consciencieux et profond sur tous les aspects de cette crise sociale engendrée par la COVID-19, à commencer par le rôle et les impacts de la réforme Barrette elle-même. Le gouvernement doit permettre à tous de s’exprimer sur les causes sociales et structurelles de cette pandémie qui auront profondément marqué le Québec tout entier.

Citation

« Le gouvernement du Québec ne peut faire l’économie d’une vaste consultation pour comprendre les enjeux en cause, mais aussi les points de vue, les solutions et surtout, les espoirs de milliers de Québécoises et de Québécois interpellés par cette crise. Autrement, c’est à un confinement du “silence” que nous convie le gouvernement, soit celui d’ignorer les attentes de plusieurs générations d’aînés et de celles milliers de futurs retraités. »

– Pierre Lynch, président de l’AQDR

À propos de l’AQDR

Depuis 41 ans, l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées est présente dans la société québécoise pour défendre les droits des aînés et faire entendre leur voix. L’AQDR regroupe tout près de 25 000 membres dans 40 sections dans les 16 régions administratives du Québec.

-30-

Pour information : Communications AQDR nationale, sans frais 1 877 935-1551, communications@aqdr.org

Lien vers un article sur le sujet.

Lire le communiqué du gouvernement du Québec du 19 août 2020.